Illustrations de:
Serge Simon


  


   
     
 


Retrouvons ensemble la mémoire d’un temps pas si lointain… Les différentes vagues d'immigration racontent une seule et même histoire : celle d'hommes venus travailler en Belgique pour échapper à la précarité.

À Bruxelles, la communauté maghrébine s'est principalement installée dans les communes de la petite ceinture. Elle s'y est inventée une nouvelle vie tout en préservant les liens avec le pays natal. Au fil des années, cet attachement à perduré. Particulièrement perceptible au moment des grandes vacances, les familles chargent de grosses camionnettes pendant plusieurs jours et un matin les rues de la ville se vident brusquement. Après l’effervescence arrive un calme estival. C'est là, le signe de transhumance, le retour provisoire au pays. Pour les plus jeunes c’est la découverte d’un climat chaleureux et de parfums jusqu’alors inconnus. Aujourd'hui le rite tend à disparaître. Les parents vieillissent, les enfants voyagent autrement. Les longs jours de voyage, la longue route font place à l’avion

La ME(s) MO(ts) Parade évoque cette facette déjà presque révolue de l'histoire bruxelloise et la fait vivre à nouveau dans le paysage de notre ville.

La réalisation du cortège s'appuie sur quatre ateliers.

  • Un atelier de construction où se fabriquent des camionnettes " différentes " et réinventées en utilisant des " cuistax " comme structure de base. Ce sont des jeunes adultes en formation professionnelle (mécanique et soudure) qui mettent leurs techniques au service de la fête.
  • Un atelier percussion imagine l'accompagnement musical et se focalise sur la création d'œuvres originales. Les musiciens sont des enfant de moins de 15 ans.
  • Un atelier danse propose un entraînement et prépare une déambulation en mouvement. La chorégraphie de séquences dansées complète le rythme général du cortége. Ce sont des adolescents qui se prêtent à l’apprentissage de danses pour la rue.
  • Un atelier costume mobilise ceux et celles qui souhaitent s'investir dans la confection des costumes et d’accessoires. Des jeunes filles, des mamans imaginent et réalisent des vêtements qui colorent et mettent la ville en fête.

Chaque atelier est encadré d’un responsable artistique épaulé par de nombreux bénévoles. La diversité des activités permet à chacun d'exprimer ses talents dans une ambiance décontractée et conviviale.

La Zinneke est pour nous la partie visible de l'iceberg. La partie immergée, tout aussi importante, est le socle méthologique sur lequel repose l'événement.

Initiative du projet et coordination : 
Rachid Barghouti, animateur et responsable de projets
Le Cairn asbl

 
La Bande Zinneke
Asbl Parcours
Félicette Chazerand
02.347.49.49
Me(s) Mot(s) Parade
Asbl Le Cairn
Rachid Barghouti
02.376.88.84
Tous dans la même Galère
Francis Begasse, 
Vincent Bouzin
02.241.93.87
Zinneke Parade Marolles
Centre Bruegel
Christine Rigaux
02.503.42.68
Cabinet d’Art Contemporain
Jean-Marie Stroobants
02.511.93.84

Artistes :
Despina Psimarnou, comédienne et metteur en scène; Jules M’bengue, percussionniste; Az-dine Aouragh, danseur et chorégraphe; Raphaël Rubbens, scénographe; Anne Leterme, costumière et architecte d’intérieur; Nathalie Cueppens, plasticienne.

Partenaires : Le Cairn asbl / La Mission Locale de Forest / La Maison en plus / La Maison du Quartier Saint-Antoine / Parts-Rosas / Association des Jeunes Animateurs du Bempt / Les Bains Connectives / Le Pas – Animation Prévention / Tref Centrum Ten Weyngaert / Collectif Alpha / asbl Diapele / L’INFAC

Avec le soutien de :
- la Commune de Forest
- le Ministère de la Communauté française, secteur Education Permanente
- le FIPI (Fonds d’Impulsion à la Politique des Immigrés)